28 de octubre de 2008

Le jour

Silence.

Silence fermé.

Rue vraiment tranquille.

La maison est calme.

Le jour est presque né.

Le soleil entre par la fenêtre.

La lumière illumine directement mon visage reposé.

Air qui s'aventure dans l'atmosphère sèche et quiète.

Les rideaux jouent, nerveux, et s'étirent et balancent, inquiets.

Sous mon poids, le lit en bois se plaint pitoyable.

Je vois la poussière voler dans la chambre sans logique apparente.

Peu à peu les petits bruits des voisins annocent la nouvelle journée.

J'ouvre les yeux avec difficulté, et sans avoir une vraie envie de le faire.

Je bouge les bras et les jambes, et avec les mains, je me touche.

Je me touche le visage dans un geste automatique, tandis qu'un rossignol proche chante, euphorique.

Les vêtements du lit ont laissé des traces sur ma peau, comme des marques de rivière.

Assise, toute la chambre devient changeante, la luminosité me coupe la vue, la réalité est vaguement irrélle.

La sensation de sortir de l'obscurité, de renaître, est plus forte que toute l'activité bouillonnante des alentours.

Le sol est froid; je ressens clairement, un par un, les os de mes pieds, qui s'y posent doucement.

Quand je me lève, les contours des choses gagnent en texture, elles deviennent palpables et je fais quelques pas vacillants.

La porte rouge de la salle de bains paraît très lointaine, au fond du couloir plein de reflets de couleurs diverses.

Tous mes organes s'ajustent avec des petites oscillations et, finalement, trouvent l'état d'equilibre, s'adaptant à l'ambiance remplie des sensations impossibles de digérer.

Il n'y a pas de silence, toute la vie est récupérée et l'habitude triomphe des ombres de la nuit qui escamotent notre lucidité.

Devant le miroir, l'eau courant sur mon visage, toute nue et seule, je souris et remercie d'être une fois de plus, vivante, après tout.


Mi agradecimiento a Antonio Bret, de cuya galería en Flickr he descargado esta imagen.

2 comentarios:

Acalycanto dijo...

¿y a que no te podías imaginar que esa era la habitación de mi cuarto? jeje

un placer ilustrar blogs tan interesantes como el tuyo...

pasate por el mio cuando quieras ;)


antonio bret

M dijo...

Gracias Antonio. No tenía ni idea de que esa fuera tu habitación pero en realidad, se asemejaba mucho a la idea de habitación en penumbra, tranquila, al amanecer, que tenía en la cabeza cuando escribí este poema y de lo que yo veía al despertar, al abrir los ojos y volver a la consciencia. Ni siquiera se parece a mi propia habitación, es una pura ficción. Pero tu foto me encantó, tiene algo de irreal, como lo que se siente al despertar. Gracias por ello.